Team SGR est un forum crée pour l'équipe de développement du court-métrage sur Stargate ! Et il est en lien avec le site et le forum de Stargate recensement.

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets

» Episode 4 : Let's go exploring
Dim 13 Nov - 13:20 par chupeto

» Lieutenant mathieu Shacklebolt
Mar 19 Juil - 17:47 par scott

» Trailer Episode 5
Lun 18 Juil - 16:40 par chupeto

» Fête Nationale
Sam 16 Juil - 13:03 par chupeto

» Des nouvelles toutes fraiches =)
Lun 11 Juil - 17:04 par Sgu 22

» suggestion du Pilote
Sam 25 Juin - 21:03 par scott

» Capitaine Jack Barrowman
Sam 25 Juin - 11:09 par scott

» Colonel Anthony Stackhouse
Sam 25 Juin - 10:43 par scott

» Major Gwen Lane
Sam 25 Juin - 10:41 par scott

» Trailer Episode 4
Mer 22 Juin - 21:24 par chupeto


    Episode 4 : Let's go exploring

    Partagez
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Ven 24 Juin - 12:52

    Le Tarkan fut gardé en détention sur la base, mais au bout de près de quatre jours d’interrogatoire il ne délivra aucune information. Un représentant des haut-dirigeant de l’Etat-major des Etats-Unis vint sur la base pour constater la progression des évènements. Devant le manque de coopération de l’Alien, il prit la décision de faire usage d’une technologie d’analyse de pensées, similaire à l’engin utilisé pour connaître les pensées d’un des super-soldats d’Anubis il y a quelques années. L’opération devait être menée par les techniciens de la base dans les heures qui suivaient la visite du représentant de l’Etat-major.

    Peu après la découverte des nouvelles informations relative à la prochaine attaque de la Terre, la zone non couverte par les détecteurs de la base avait été balisée, scannée grâce aux capteurs Asgards du Dédale, et fouillée avec acharnement par les militaires. Plusieurs découvertes avaient été faîtes. La première trouvaille était un cadavre de Tarkan. Ce cadavre avait été envoyé dans un laboratoire légiste sur Terre pour y être soumis à une batterie de tests et d’analyses. La deuxième découverte concernait le lieu où la dépouille de l’Alien avait été retrouvée. C’était un grand hangar à vaisseau dont les terriens ne soupçonnaient pas l’existence. Des scientifiques vinrent dans le hangar pour l’étudier. Ils en constatèrent que c’était un hangar similaire en tous points aux hangars à Jumper de la cité d’Atlantis. Les vaisseaux qu’il contenait n’étaient d’autre que des Jumper. A ceci près qu’il n’y avait pas de trappe au sol pour descendre à la porte des étoiles, ce qui était bien normal étant donné que la porte des étoiles était très éloignée. Il semblait aussi être privé du toit qui s’ouvrait sur l’extérieur, une particularité dont disposait Atlantis. Cependant au centre de ce hangar, il y avait une toute autre technologie, qui éveilla un sentiment de familiarité chez les scientifiques.
    - On dirait qu’il y a une sorte de porte téléporteur au centre du hangar, dit un des scientifiques à la mine réjouie chargé de l’étude du hangar. Vous choisissez l’une des destinations de la base présente dans la base de données du vaisseau et vous enclenchez. Vous pouvez aller à l’extérieur, et à la porte des étoiles si besoin est. C’est absolument fabuleux !
    En effet, à l’endroit même où devait se trouver la trappe au sol qui, sur Atlantis, aurait permis de descendre dans la salle d’embarquement, se tenait majestueusement un engin à première vue similaire à une porte des étoiles. Elle disposait des neuf chevrons rouge vifs présents sur une porte ordinaire, mais elle semblait dépourvue des nombreux glyphes. Cependant, ce n’était pas sur cette porte de téléportation que l’attention du colonel Mayers se posa…
    - Combien y a-t-il de vaisseaux disponibles ? demanda Mayers.
    - Etant donné que la base n’a été habitée pas les Anciens que pendant une période très courte, les Jumper sont encore tous là. Mais deux sont endommagés donc nous disposons de vingt-huit Jumper fonctionnels.
    - Vingt-huit Jumper ? Excellent, dit Mayers en faisant volte-face et en commençant à partir, il faut en envoyer le plus possible à la Terre. Ils vont en avoir plus besoin que nous, après tout, tous les moyens sont bons pour essayer de parer cette attaque.
    - Mais….
    - Commencez tout de suite à les envoyer par la porte des étoiles, ordonna Mayers ne tenant pas compte de l’hésitation du scientifique.

    Le Dédale avait maintenant terminé ses réparations et était prêt à partir vers la Voie Lactée, où il devait se préparer à l’attaque prochaine des Tarkans qui devrait avoir lieu dans moins de deux mois. Le colonel Caldwell permit au capitaine Abi Warner de rester dans l’équipe scientifique de la base. Il fit ses adieux avec le personnel, leur souhaita bonne chance, et son vaisseau entra en hyperespace dans la direction de la Voie Lactée. C’était maintenant au colonel Mayers qu’incombait la lourde tâche de diriger cette base et son personnel.

    La base avait toujours ses nombreux problèmes énergétiques. Ainsi, il fut décidé de limiter l’espace occupé par les Terriens seulement aux zones essentielles, le reste de la base fut privé d’énergie par souci de l’économiser. La base de données de la base fut fouillée plus en profondeur et on s’attacha plus particulièrement à la banque de données contenant toutes les adresses de la porte des étoiles. La planète de la base se situant dans une galaxie naine proche de la Voie Lactée, les adresses disponibles ne pouvaient se compter qu’en dizaines, pas plus. La liste de planètes disposant d’une porte des étoiles était très réduite. Le colonel Mayers avait ordonné de rechercher les coordonnées d’une planète dont la description indiquait qu’elle disposait des ressources énergétiques nécessaires pour alimenter la base. Au bout de quelques heures de recherches, le capitaine Warner découvrit une planète qui était équipée d’un complexe dans lequel il devait y avoir un générateur assez puissant pour alimenter la base. D’après elle, la porte des étoiles était située dans un petit bois. Ravi de la nouvelle, le colonel Mayers ordonna la mise en place d’une équipe d’exploration dont il ferait partie. Le lendemain de cette découverte, après avoir prévenu le personnel restant que s’ils ne revenaient pas avant trois jours il fallait contacter la Terre et envoyer du renfort sur la planète, la dizaine d’hommes et de femmes qui composaient l’équipe d’exploration interplanétaire traversèrent la porte des étoiles.

    La jungle était luxuriante, lumineuse et presque terrifiante. Un épais rideau vert se dressait autour de la porte des étoiles, ce qui obstruait la vue des alentours aux Terriens. Partout autour d’eux, des cris, des caquètements, des rugissements et autres bruits étranges d’animaux sauvages de la jungle se faisaient entendre aussi distinctement que s’ils étaient émis à côté d’eux. Une atmosphère humide et une chaleur d’enfer régnaient en maître sur ces contrées verdoyantes.
    Le colonel Mayers sortit du vortex, suivi de près par le capitaine Abi Warner et cinq hommes en uniformes armés de MP-5. Quelques secondes plus tard, le docteur Claire Rault experte en civilisations anciennes, le docteur en médecine Sam Marcoh, et la scientifique docteur Cassidy Hiveney sortirent à leur tour de la surface à l’aspect aqueux qui formait le vortex de la porte. Cette dernière se referma et n’émit plus aucun son, intensifiant les bruits provenant de la jungle.
    - Quelle chaleur ! constata le colonel Mayers.
    - Regardez-moi cette végétation ! s’exclama le docteur Rault. C’est fascinant, comment une végétation à priori similaire à cette de la Terre à pu se développer si loin ?
    - Ce n’est pas qu’un petit bois à ce que je vois, lança un militaire d’un ton moqueur.
    - Oh ça va ! protesta le capitaine Warner, les infos de la base de données n’étaient pas à jour c’est tout !
    - Sécurisez la zone, ordonna le Colonel aux cinq militaires. Docteur Hiveney, dans quelle direction est le générateur ?
    - Eh bien d’après les indications que j’ai pu tirer de la base de données, l’objet est dans un complexe à environ une heure de marche d’ici, mais comme la forêt est beaucoup plus dense que prévu je pense que nous y serons dans une petite journée. Direction Sud, Sud-ouest.
    - Une journée de marche ? Alors mettons nous en route immédiatement.
    Toute l’équipe se mit en marche dans la direction qu’avait indiquée le docteur Hiveney. Deux hommes se postèrent en éclaireurs pour dégager un chemin parmi la végétation, grâce à des machettes de fortune fabriquées avec des matériaux présents dans la base. Du fait de la densité de la végétation, l’équipe d’exploration avançait lentement.
    - C’est le pied docteur, lança le colonel au docteur Hiveney. Vous devez vous plaire dans cette jungle !
    - Je veux récupérer ce générateur, mais je ne la sens pas cette forêt, répondit le docteur Hiveney, d’un air méfiante. J’ai l’impression que… Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer…
    - Je vous avoue que, moi-même, j’ai aussi un mauvais pressentiment concernant cette forêt.
    Au moment même où le colonel Mayers eut terminé sa phrase un bruit sourd se fit entendre au plus profond de la forêt primaire, un bruit qui avait dû faire peur aux autres animaux puisque plus aucun n’émettaient de sons.
    - A couvert ! lança le colonel à ses hommes.
    - Mais qu’est ce que c’est que ça ? demanda le docteur Marcoh d’un air un peu apeuré, tandis que l’équipe se coucha au sol.
    Quelques secondes après que cet étrange son s’était arrêté, les autres bêtes de la jungle reprirent leur chant habituel.
    L’équipe d’exploration resta tapie au sol encore quelques minutes attendant un quelconque événement. Alors que tout était normal, les dix terriens se levèrent et reprirent leur chemin vers la grotte, se promettant d’augmenter leur vigilance.

    Cela faisait maintenant plus de deux heures que l’équipe avançait dans une jungle toujours aussi dense. Le très fort taux d’humidité ainsi que la végétation très encombrante commençaient à mettre leurs nerfs à très rude épreuve.
    Alors que la nuit allait commencer à tomber, une fine pluie froide déferla sur la forêt et mouilla les dix terriens, la canopée ne parvenant pas à retenir l’eau en haut des arbres. Malgré cette pluie, les animaux n’avaient pas cessé leurs bruits.
    - Il ne manquait plus que ça, dit l’un des soldats.
    Aussitôt, une créature surgit brusquement de la forêt et attrapa le soldat qui venait de parler. Dans un rugissement sonore, la créature revint sur ses pas et emporta le soldat qui criait, dans les profondeurs de la jungle.
    - Williams ! Mais qu’est ce que c’était que cette chose ?! interrogea Mayers
    - Tout est allé trop vite, je n’ai pas eu le temps de la voir ! répondit le docteur Rault.
    - On retourne à la porte des étoiles ! ordonna le colonel. Et on y va au pas de charge !
    - Mon colonel nous n’avons pas encore récupéré le générateur, protesta le docteur Hiveney
    - Un de mes hommes est mort docteur, je ne pourrais accepter que cela se reproduise. Nous reviendrons avec plus d’unités.
    - A vos ordres mon colonel, trancha un des soldats en lançant un regard mauvais au docteur Hiveney.

    L’équipe revint à proximité de la porte des étoiles, au pas de course, en très peu de temps. Durant le trajet, ils avaient entendu de nombreux rugissements similaires à celui que la bête avait poussé en enlevant un des hommes du colonel.
    L’équipe d’exploration s’approcha plus près de la porte et se mit à couvert derrière un petit talus, en gardant la porte à vue. Ils constatèrent avec effarement que deux créatures se tenaient devant la porte, bloquant son passage. Les créatures n’étaient pas plus grosses que des tigres. Elles avaient quatre pattes et un museau semblable à celui d’un tigre. Mais elles étaient pourvues d’écailles comme sur un crocodile. Elles disposaient d’une grande corne sur l’avant de leur museau au dessus de leur gueule qui devait sûrement leur servir à se battre.
    - Non, ne me dîtes pas qu’elles sont intelligentes maintenant ! s’étonna l’un des quatre soldats restant.
    - Ces choses gardent la porte des étoiles mon colonel, constata le capitaine Abi Warner. Que faisons-nous ? Nous les attaquons ?
    - Je ne pense pas que ce soit préférable, répondit le docteur Sam Marcoh. Nous avons déjà perdu un membre de notre équipe.
    - Docteur Hiveney, appela Mayers, la grotte que nous étions venu chercher est à une journée de marche, c’est ça ?
    - Une demi-journée au pas de course colonel, répondit Cassidy Hiveney.
    - Très bien, on y va et une fois à l’abri dans le complexe nous attendrons le lever du jour pour élaborer un nouveau plan.
    L’équipe se mit en route, dans la direction Sud, Sud-Ouest vers la grotte où devait se trouver le générateur, qui était initialement l’objet principal de la mission. Durant tout le trajet, plus aucun rugissement des créatures ne se firent entendre, à croire qu’elles étaient parties se coucher comme en avait joyeusement déduit l’un des soldats. Au bout d’une heure de trajet d’un pas assez rapide la pluie, qui tombait depuis la mort de Williams, cessa de tomber. L’atmosphère resta néanmoins extrêmement humide, ce qui ne facilita pas l’ascension des Terriens. Ils devaient se faufiler entre les branches et les buissons, ils devaient dégager un passage pour avancer et couvrir leurs arrières pour protéger les membres de l’équipe.
    A un peu près mi-trajet, ils firent une pause dans une petite clairière qui s’ouvrait dans ce labyrinthe de verdure. Le colonel envoya deux soldats en éclaireur et décida de faire, dans sa tête, le point sur la situation. Son équipe était venue pour récupérer un générateur destiné à alimenter la base en énergie. Alors qu’ils avançaient, une mystérieuse créature est apparue et a ôté la vie à l’un de ses hommes. Le colonel repensa à lui, ce brave militaire de seulement vingt-quatre ans qui venait de perdre la vie alors qu’il était sous ses ordres. Il se promit intérieurement que cela ne se reproduirai plus, il ne voulait plus perdre un seul homme. La curiosité du colonel se tourna alors vers ces bêtes, il les trouvait étrange. Pourquoi empêchaient-elles son équipe d’accéder à la porte ? Mayers se demanda aussi si ces créatures n’avaient pas une nature tout autre de celle que son unité pensait qu’elles avaient.
    - Etrange cette planète tout de même, dit le colonel à voix haute sans s’en rendre compte.
    - Pardon ? demanda le docteur Rault.
    - Non rien, je… , commença Mayers
    A cet instant, les deux soldats qu’avait envoyés le colonel revinrent auprès de l’équipe, avec des nouvelles.
    - Nous avons découvert un vieux sentier à quelques mètres d’ici, mon colonel, annonça un des deux hommes.
    - Y a-t-il des traces d’activité récente ? demanda Mayers.
    - Négatif, on dirait qu’il n’a pas été utilisé depuis très longtemps.
    - Alors en route. La pause est terminée ! On repart !
    L’équipe reprit son chemin et emprunta le sentier qu’avaient découvert les deux hommes. Il était assez dégagé et permit aux neuf terriens d’avancer beaucoup plus vite, sans avoir à continuellement se dégager un passage dans la jungle.
    Au bout de deux heures de marche, le cortège arriva aux coordonnées que le plan du Docteur Hiveney leur avait fournies. Devant l’équipe s’ouvrait une petite clairière baignée par le soleil qu’ils n’espéraient pas revoir un jour. La base de données faisait mention d’un complexe, mais devant eux il n’y avait…
    - Rien, constata le colonel Mayers. Comment se fait-il qu’il n’y ait rien ici ?
    - Attendez, j’ai emporté ceci, se rappela le capitaine Abi Warner.
    Elle prit son sac à dos et l’ouvrit. Elle fouilla quelques secondes dedans à la recherche d’un objet. Elle sortit du sac un détecteur de signe de vitaux des Anciens, comme on en trouve sur Atlantis. Grâce au gène des Anciens qui coulait en elle, elle mit en marche l’engin qui émit quelques « bip ! » légers. Le reste de l’équipe attendit le capitaine qui regardait l’appareil en tapotant fébrilement de temps à autre son écran tactile, qui à ces instants émettait des sons un peu plus sonores.
    - Je crois que c’est bon, dit le capitaine. J’ai repéré le complexe dont vous parlez, à quelques dizaines de mètres de profondeur.
    - Mais d’après les donnés il était censé être à la surface ce bâtiment, dit le docteur Hiveney.
    - Ces données datent de plusieurs centaines voire milliers d’années, le bâtiment a probablement été recouvert par la végétation ou par une coulée de boue maintenant, répondit le capitaine Warner.
    - Bon-bon-bon-bon, interrompit le colonel, comment on y entre dans ce complexe souterrain ?
    Tous les membres restèrent silencieux pendant quelques minutes, puis le docteur Hiveney eut une soudaine brillante idée. Avant de quitter la base, elle avait mit dans son sac un appareil qui servait à se téléporter n’importe où à proximité. Selon elle, les membres de l’équipe pouvaient s’en servir pour pénétrer dans la base. Le docteur prépara alors la manœuvre, verrouillant leurs coordonnées d’arrivé grâce au détecteur de signes vitaux. Elle activa alors l’engin et une éblouissante lumière blanche assez désagréable baigna la jungle obligeant l’équipe à plisser les yeux, et tout le monde fut dématérialisé. Quelques instants plus tard, l’équipe fut matérialisée dans le bâtiment, mais dans le vide. Tous les membres firent alors une chute de quelques mètres et s’écrasèrent contre le sol froid et poussiéreux du complexe. Il faisait bien plus froid qu’à la surface et il régnait à l’intérieur un grand silence, ainsi qu’une obscurité totale. Seuls de petits gémissements de douleur venaient troubler le silence.
    Les membres de l’équipe allumèrent tous leur lampes torche, dévoilant une grotte assez spacieuse et des consoles proche d’eux.
    - Tout le monde va bien ? demanda le docteur Sam Marcoh.
    - Par ici docteur ! lança le colonel qui était accroupi auprès du docteur Rault. Je crois qu’elle s’est cassé le poignet en tombant.
    - Ne bougez pas docteur je vais vous mettre un bandage et ça ira mieux ensuite, rassura le docteur Marcoh.
    Le docteur Sam Marcoh était un médecin réputé et père de deux enfants, Charlie et Lucie. Il a travaillé à l’institut médical de Lyon en tant que professeur. Le SGC l’a engagé pour ses connaissances en médecine. Marié à Rose, il vivait dans un pavillon près de Lyon avant de déménager aux Etats-Unis pour être proche du SGC et donc, de son travail. D’origine Belge, il a quitté sa maison natale à l’âge de dix-sept ans avec le rêve de devenir médecin. Il créa son propre cabinet de médecin peu de temps après son vingt-septième anniversaire. Cinq ans plus tard, il décida de devenir professeur à l'institut médical de Lyon. Il fut ensuite engagé à l’infirmerie du SGC et intégra ensuite une équipe SG, qui fut envoyée à l’extérieur de la Voie Lactée dans une base crée par les Anciens. Le docteur Marcoh fit la connaissance du colonel Mayers dans cette base. Mesurant un mètre soixante-seize, il parle couramment français et l’anglais.
    Le colonel se releva ordonna aux soldats de déployer un périmètre de sécurité. Il chercha des yeux le docteur Hiveney et la vit près d’une console qu’elle venait d’activer. Elle était en train de fouiller les données que contenait la banque de données. Elle semblait véritablement absorbée par ce qu’elle faisait.
    - Docteur ? appela le colonel. Où se trouve le générateur ?
    - D’après ce que je lis ici, le générateur en lui-même se trouve dans une salle du complexe. Mais ce n’est qu’une partie de l’engin final. Il faut une clé pour l’activer et cette clé se trouve à la base.
    - Très bien, déterminez l’emplacement de cette salle.
    Le capitaine Warner s’approcha de la console Ancienne devant laquelle travaillait le docteur Hiveney. Elle s’approcha doucement sans faire de bruit. Le capitaine regarda l’écran par-dessus l’épaule du docteur.
    - Mmh, les plans sont protégés, dit le capitaine Warner, ce qui fit sursauter le docteur Hiveney.
    - Oui, c’est ce que je vois. Je pensais utiliser cet algorithme pour déverrouiller les données, dit le docteur Hiveney en pointant avec sa main un endroit sur l’écran de la console.
    - Très bonne idée, le capitaine regarda sa montre puis poursuivit, cela devrait prendre une dizaine de minutes.
    - Cela nous donne le temps d’explorer cette salle, proposa le colonel.
    Les quatre militaires et le colonel Mayers se déployèrent dans la salle dans la direction opposée de celle de la console qu’étudiaient le docteur Hiveney et le capitaine Warner. Ils découvrirent immédiatement deux couloirs qui partaient dans des directions différentes. Ils firent aussitôt savoir au reste de l’équipe qu’ils avaient fait une découverte. C’étaient deux couloirs dont l’entrée de chacun d’eux était côte à côte. Ils étaient sombres et peu rassurants. Les couloirs de droite et de gauche viraient tout deux au bout de quelques mètres respectivement à droite et à gauche.
    - Je crois qu’il faudra choisir un de ces couloirs, fit remarquer un des soldats.
    - Oui, c’est aussi ce que je pense, approuva Mayers. Docteur vous avez les plans ?
    - Téléchargement des plans dans le capteur de signes de vie terminé monsieur, répondit le docteur Hiveney.
    - Quel couloir faut-il emprunter ? demanda le colonel.
    Le capitaine Warner activa le détecteur de signes de vie et tapota fébrilement sur son écran tactile. L’engin émit quelques « bip ! » sonores, puis seulement des « bip ! » plus légers à intervalles réguliers.
    - Je pense que le couloir de droite est le bon, dit le capitaine.
    L’équipe terrienne s’engagea dans le sombre couloir de droite. Au bout de quelques mètres de marche, le couloir tourna sur la droite, occultant la vue de la salle principale à l’équipe. Au fur et à mesure que l’avancée se poursuivait, les lumières du couloir s’allumèrent les unes après les autres, dévoilant les détails de la galerie Ancienne. Elle était étroite, et les murs peints en rouge bordeaux avec des motifs décoratifs typiquement Anciens apposés sur les murs. Après une minute de marche silencieuse et le dernier d’une longue série de virages l’équipe arriva au devant ce qui semblait être un cul de sac. Le couloir s’arrêtait net à une dizaine de mètres d’eux. Le capitaine Warner s’approcha du mur au bout du couloir, le tapota un peu d’un air stupéfaite et regardait son détecteur de signes de vie.
    - Il faut croire que c’était le mauvais couloir capitaine, fit remarquer le colonel Mayers.
    - Mais je ne comprends pas, coupa le docteur Hiveney, les informations données par la console de la première salle étaient formelles pourtant.
    Le capitaine Warner leva les yeux de son appareil Lantien et revint vers le reste de l’équipe. Elle s’arrêta devant le colonel Mayers.
    - Nous devrions peut-être essayer l’autre couloir mon colonel, proposa t-elle.
    - Regardez mon colonel ! lança un soldat d’une voix forte.
    Le soldat pointait quelque chose de la main derrière le capitaine Warner. Une chose pas plus grosse qu’un tigre, et possédant quatre pattes et une corne sur le museau poussait des rugissements sonores. La créature s’apprêta à charger et sembla racler le sol avec sa patte avant gauche pourvue de nombreuses griffes tranchantes.
    - On se replie ! Allez go ! Go ! Go ! Go ! lança le colonel à son équipe.
    Les docteurs Rault, Hiveney et Marcoh firent demi-tour et se lancèrent à toutes jambes vers le couloir sinueux. Les quatre militaires, le capitaine Warner et le colonel Mayers ouvrirent le feu sur l’animal. Cette bête semblait résister aux balles de fusil, mais elles n’étaient pas totalement inutiles contre la bête, elles le ralentissaient un peu. Puis, malgré plusieurs chargeurs vidés, le colonel estima qu’il valait mieux qu’ils fuient et il en donna l’ordre. Le capitaine Warner s’élança vers les scientifiques, puis se fut le tour des quatre soldats qui fuirent le combat. Une seconde plus tard, le colonel dégoupilla une grenade et la lança vers la créature. Il s’élança ensuite vers le reste de son unité avant que la détonation ait lieu. Lorsqu’il fut presque revenu auprès de son équipe, la grenade explosa et l’onde de choc arriva jusqu’à lui et lui fit perdre l’équilibre dans sa course. Lorsqu’il se fut relevé, il retrouva son équipe et il fut étonné qu’ils soient allés si loin dans en arrière.
    Au bout de quelques secondes, il n’y eut plus aucun bruit dans le couloir. Soit cet animal était mort, soit il était inconscient.
    - Retournons voir, ordonna alors le colonel, il se tourna ensuite vers les militaires, Bakers, Leduc, Prefield et Micheals vous venez avec moi. Les autres restez ici à couvert, capitaine vous faîtes la baby-sitter.
    - A vos ordres, répondit Warner.
    Le colonel se retourna et repartit vers le bout du couloir accompagné des quatre militaires. Ils marchaient lentement, à l’affut du moindre signe hostile qui leur ferait ouvrir le feu. Le bruit de leurs pas et de leur respiration résonnaient dans le couloir totalement silencieux.
    Lorsque les cinq hommes arrivèrent au bout du corridor, la bête était étendue à terre, apparemment inanimée. Ils s’approchèrent près d’elle, essayent d’évaluer son état physique. Le colonel s’accroupit juste à coté de la bête pour vérifier si elle respirait. A ce moment là, la créature sembla se réveiller et leva sa tête au niveau de celle du colonel et poussa un puissant rugissement. Le colonel fut surpris et bascula en arrière, les soldats ouvrant le feu sur la créature. Le colonel se munit à son tour de son pistolet et tira plusieurs balles dans la gueule de l’animal qui retomba définitivement à terre. Il se rapprocha à nouveau de la bête et vérifia s’il respirait.
    - La gueule devait être son point faible. Je crois qu’il est bien mort, affirma t-il, rassuré, après quelques secondes.
    Il prit sa radio et appuya sur le bouton de transmission.
    - Au reste de l’équipe : le danger est écarté, vous pouvez venir.
    Lorsque le colonel eut terminé sa phrase, le couloir s’ébranla. C’était un petit tremblement de terre qui s’accentuait de plus en plus. De la poussière tombait du plafond et les cinq hommes avait de plus en plus de mal à garder leur équilibre. Le reste de l’équipe arriva alors se tenant aux murs pour ne pas tomber.
    Le mur au bout du couloir émit alors une vive lumière blanche qui éblouit tous les membres de l’équipe, les obligeant à fermer leurs yeux pour les protéger de la forte lumière. Lorsqu’ils rouvrirent leurs yeux les membres de l’équipe virent avec étonnement que le mur qui fermait le couloir n’était plus. Le corridor continuait sur plusieurs mètres avant de déboucher sur une porte verrouillée. L’équipe pénétra dans la partie du couloir qui leur avait été dévoilée, l’éclairage s’allumant au fur et à mesure qu’elle poursuivait son avancée.
    Les neuf terriens parvinrent alors à la porte verrouillée. La porte ne disposait d’aucun dispositif d’ouverture et il y avait deux inscriptions écrites sur deux panneaux à droite et à gauche de la porte. Les inscriptions étaient écrites dans d’étranges petites runes qui se suivaient pour former ce qui pouvait peut-être des mots dans une langue étrangère. Le colonel Mayers s’approcha de l’un des panneaux pour mieux en distinguer les runes qui étaient gravées dessus. D’après l’expérience qu’il avait acquise depuis qu’il était dans le programme « Porte des étoiles », il constata que ces runes semblaient être des symboles Anciens. Sur le panneau que le colonel observait il était inscrit ceci :



    Il regarda ensuite le second panneau, qui était celui de droite, et scruta les petites runes qui étaient gravées dessus :



    - Docteur Rault, on a quelque chose pour vous ! appela le colonel en se retournant.
    Le docteur Claire Rault était une experte en langue des Anciens et civilisations disparues. Elle avait fait ses études dans une prestigieuse école d’archéologie et d’histoire ancienne située près de Lyon en France. Après avoir brillamment décroché un doctorat en archéologie et langues disparues, elle se rendit en Egypte pour étudier la culture de l’Egypte antique. Ne trouvant pas assez d’excitation et de découvertes dans son travail, elle décida de déménager pour partir au Mexique dans le but d’étudier la civilisation Maya. Remarquée par son brillant travail et quelques découvertes d’artefacts antiques, elle reçut une promotion et le programme « Porte des étoiles » lui fut dévoilé. Le docteur Rault intégra une équipe SG où elle put apprendre la langue des Anciens et découvrir des civilisations extraterrestre. Quelques mois après son entrée dans le programme « Porte des étoiles » elle fut envoyée à l’extérieur de la Voie Lactée dans une base Ancienne où elle fit la rencontre du colonel Mayers. Le docteur Rault a trente-deux ans et parle couramment le Français, l’Anglais, l’Espagnol et la langue des Anciens. Elle sait aussi décrypter l’Egyptien antique et le Maya. Son père travaillait dans une grande entreprise de pétrole et de gaz naturel.
    Le docteur Rault s’approcha de l’inscription de droite et l’observa minutieusement.
    - Cela m’a l’air d’un dialecte très récent, assez facile à traduire. Le panneau de droite dit « The Lantien nostis omnia ». Ce que l’on pourrait traduire par « Les Lantiens savent tout ». Le panneau de gauche dit « Multi multa nemo omnia novit » : « Beaucoup de gens connaissent beaucoup de choses mais personne ne connait tout. ».
    - Cela me parait évident, il faut choisir la phrase vraie, tenta le capitaine Warner.
    - Cela m’en a tout l’air, dit le colonel. Lequel choisiriez vous ?
    - Celui de droite, lança un des soldats.
    - Si on y réfléchit, c’est celui de gauche qu’il faut prendre, dit le docteur Marcoh. Les Lantiens ne savent pas tout, et la phrase de gauche me parait vraie.
    - Oui, je suis d’accord avec le docteur Marcoh, dit le docteur Hiveney.
    Le colonel s’approcha du panneau de gauche et posa la main dessus. Il exerça une pression et le panneau s’enfonça dans le mur. Le sol se remit à trembler, mais pas avec la même intensité que la précédente secousse. Le tremblement de terre dura quelques secondes puis s’arrêta. Il y eut alors un bruit sourd, comme une sonnerie, ou une alarme et la porte s’ouvrit.
    Les membres de l’équipe pénétrèrent dans la salle. Toutes les lumières s’allumèrent en même temps, dévoilant une salle de taille moyenne dont les murs, peints en rouge, arboraient toujours les étranges symboles décoratifs Lantiens. Contre un mur, il y avait une console et un écran qui s’activèrent tous deux en même temps que les lumières de la salle. Au centre de la salle, il y avait une petite table à un pied où était posé un coffret. Le docteur Hiveney ouvrit la boîte et y découvrit le générateur. Le générateur avait une forme de pavé d’une trentaine de centimètres de long et d’une dizaine de large. De nombreux symboles Lantiens étaient gravés sur sa coque noire et lisse. Sur l’un des faces de l’engin se trouvait une ouverture assez profonde pour contenir plusieurs cristaux transparents, mais sombres.
    Le capitaine Warner se dirigea vers la console allumée.
    - Mon colonel, appela-t-elle, j’ai trouvé quelque chose d’intéressant.
    - Faîtes moi voir, répondit-il intrigué.
    - Il semblerait que ces mystérieuses créatures soient en fait un mécanisme de défense de la base.
    - Vous voulez dire que ces créatures ne faisaient que de défendre le générateur ? demanda le colonel incrédule. Si vous voulez mon avis il n’est pas très efficace ce mécanisme.
    - Oui c’est ce que je pensais aussi, mais attendez, je vérifie une donnée… Ah c’est donc pour ça ! s’exclama le capitaine en fixant l’écran. La base manque elle-même de puissance. Il n’y a presque plus d’énergie dans le générateur principal. Le système de défense fonctionne au minimum et plusieurs autres systèmes vont être coupés d’un moment à l’autre.
    - Alors ne trainons pas, lança le colonel en s’adressant à toute l’équipe.
    Soudain une alarme stridente retentit, une alarme similaire à celle d’Atlantis.
    - C’est notre signal de départ, dit le colonel. Allez, on bouge on bouge !
    Le docteur Hiveney referma le coffret du générateur et l’équipe commença à aller vers la porte de sortie. Mais avant que quiconque n’ait pu atteindre son seuil, la porte se referma brusquement.
    - Pourquoi la porte s’est-elle refermée ? lança le docteur Marcoh.
    - C’est le manque d’énergie ! répondit le capitaine Warner qui était retournée devant la console. La base va couper le système de survie dans le reste de la base sauf pour cette salle. Mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il soit coupé dans cette salle aussi !
    L’alarme assourdissante résonnait toujours dans la salle.
    - J’ai une idée ! s’exclama soudainement le docteur Hiveney. Mais cela va épuiser toute la puissance restante du générateur principal. Tenez-moi la boîte, ajouta-t-elle à l’adresse du docteur Rault.
    Elle s’approcha rapidement à son tour de la console et en scruta l’écran.
    - Bon, nous allons utiliser la même technique que tout à l’heure pour sortir, poursuivit-elle. Nous avons juste assez de puissance pour être téléportés près de la porte des étoiles. Laissez-moi le temps de faire quelques réglages.
    - Mais les créatures vont sûrement nous y attendre ! lança le docteur Marcoh.
    - Elles disparaîtront lorsqu’il n’y aura plus de puissance, maintenant laissez moi travailler ! rétorqua le docteur Hiveney.
    - Dépêchez vous bon sang ! s’écria le colonel Mayers.
    - Teleportation dans trois secondes… deux… une !
    La désagréable lumière blanche refit sont apparition illuminant toute la salle. Les membres de l’équipe se protégèrent les yeux avec leurs bras. Le bruit de l’alarme s’évanouit peu à peu pour disparaitre complètement et faire place aux sons divers et variés de la jungle baignée par le soleil. Les Terriens avaient atterri dans une petite clairière qui n’était pas couverte par la canopée.
    - Il faisait meilleur dans la base, fit remarquer le docteur Rault.
    - Vous voulez peut-être y retourner ? ironisa le colonel.
    - Non, sans façon.
    - Alors en route, annonça le colonel.
    - Euh mon colonel, dit le capitaine d’une voix hésitante, vous savez de quel côté est la porte au moins ? Car je n’ai pas vu de clairière similaire prêt de la porte quand nous sommes arrivés.
    - J’ai un excellent sens de l’orientation, ne vous inquiétez pas capitaine. Vérifiez s’il n’y a aucun danger sur le capteur de signes de vies.
    Le capitaine Warner sortit de son sac le petit appareil blanc et elle l’activa. Elle le regarda quelques secondes puis releva la tête.
    - RAS mon colonel. Et la porte est à soixante-dix mètres vers l’Ouest.
    - Mettons-nous en route dans ce cas, répéta-t-il.
    Les neuf membres de l’équipe se mirent en marche. La distance à parcourir n’était pas très grande, mais une jungle très dense couplée à une atmosphère très humide ralentissait considérablement le voyage. Au bout d’une quinzaine de minutes de lutte contre la jungle, l’équipe arriva à la porte des étoiles. Les alentours immédiats du grand anneau semblaient calmes. Les quatre soldats et le colonel Mayers formèrent un périmètre de sécurité pendant que le capitaine Warner entrait les coordonnées de la base.
    - Il semblerait bien que les créatures ont disparu, fit remarquer le colonel lorsque la porte s’activa. Docteurs Hiveney, Rault et Marcoh traversez la porte ! Warner vous les suivez !
    Les trois scientifiques et le capitaine Warner traversèrent l’horizon des événements en courant.
    - Prefield et Micheals, à votre tour, dit Mayers. Bakers, Leduc on y va, ajouta-t-il une fois que Prefield et Micheals eurent traversé.
    Le colonel et les deux soldats se rapprochèrent doucement de l’horizon des événements, à reculons, leurs armes levées vers la forêt primaire. Ils traversèrent la porte sans encombre.

    Le colonel Mayers était dans ses quartiers alors que le soleil se couchant déversait ses rayons orangés dans la pièce par la fenêtre qui était derrière un bureau où il était assit. Cela faisait maintenant pas moins de deux heures qu’il était en train de rédiger un rapport détaillé de la mission dans la jungle qui s’était terminée la veille. A côté de son ordinateur, plusieurs feuilles de papier posées les unes sur les autres renseignaient le rapport de l’analyse des pensés du Tarkan. Sur la première page de ce rapport on pouvait lire : « … l’extraterrestre désigné sous le nom de Tarkan n’a donné aucune information relative à sa technologie, mais il a délivré plusieurs informations géographiques et techniques concernant les forces présentes dans une région spatiale d’approximativement cinq systèmes solaires. Nous pouvons affirmer avec exactitude que cette espèce possède plus de quinze vaisseaux intra-galactiques et au moins quatre vaisseaux inter-galactiques technologiquement avancés. Le Tarkan a aussi … ». Le reste du rapport était caché par plusieurs autres feuilles de papier.
    Le colonel venait de terminer une phrase qui disait comment ils avaient pénétré dans la base Ancienne lorsque, une voix s’éleva de la radio :
    - Colonel Mayers, ici Warner, répondez s’il vous plait.
    - Allez-y, répondit le colonel.
    - Pouvez-vous venir en salle de contrôle, le docteur Hiveney s’apprête à connecter le générateur.
    - J’arrive immédiatement.
    Le colonel referma son ordinateur et le prit avec lui avant de quitter ses quartiers. Il traversa d’un pas rapide plusieurs couloirs qui n’étaient pas éclairés à cause du manque d’énergie. Lorsqu’il arriva en salle de contrôle, il trouva le capitaine Warner en plein travail.
    - Ah colonel, dit-elle lorsqu’elle eut remarquée la présence de Mayers, nous attendions votre ordre pour connecter le générateur.
    - Eh bien allez-y dans ce cas, dit-il en posant son ordinateur sur une petite table vide à côté d’une console.
    - Docteur Hiveney ici Warner, dit le capitaine en appuyant sur le bouton d’émission de sa radio, vous pouvez y aller.
    Il y eut un grand silence dans la salle de contrôle. Puis soudain, le silence fut interrompu par une voix qui s’éleva dans la radio du capitaine Warner.
    - Le générateur est opérationnel et tourne à 100%, annonça le docteur Hiveney. Il produit d’ailleurs une quantité d’énergie phénoménale !
    - Très bien, dit Warner, je redirige la puissance vers les systèmes principaux et secondaires.
    Elle appuya sur la console qui était devant elle et son écran parut se réinitialiser. Plusieurs consoles qui étaient jusqu’alors éteintes, s’activèrent avec un petit bruit presque imperceptible.
    - Tous les systèmes sont actifs, annonça un autre scientifique. Nous allons procéder à une analyse de chacun d’entre eux pour déterminer à quoi ils peuvent servir.
    - Excellent, dit le colonel.
    Il s’apprêta à retourner vers ses quartiers lorsqu’un bruit familier retentit derrière lui.
    - Activation extérieure de la porte !
    Le colonel se retourna et vit les sept chevrons rouges de la porte s’allumer et le vortex se former. Il se passa un instant avant qu’une voix s’élève de la radio.
    - Colonel Mayers, ici le général Landry, me recevez vous ?
    - Cinq sur cinq mon général. Je dois vous informer que nous venons à l’instant de restaurer la totalité de notre capacité énergétique, annonça le colonel Mayers.
    - Excellent, mais je ne crois pas que cela aidera la Terre face à une attaque de Tarkan.
    - Maintenant que nous n’avons plus de problèmes énergétiques, nous allons pouvoir explorer cette base et découvrir des moyens de défense pour la Terre, expliqua Mayer.
    - Je suis sûr que c’est votre priorité et que vous y attacherez toute l’attention qu’elle mérite.
    - Bien sûr mon général, répondit précipitamment le colonel.
    Il prit une profonde inspiration et poursuivit d’une voix plus triste :
    - Je dois aussi vous annoncer le décès de l’un de mes hommes lors de la mission dans la jungle. Il s’appelait Williams, il avait une femme et une petite fille de neuf mois. Je crois qu’il est nécessaire que je les informe moi-même de ce drame.
    Il y eut un instant de silence, puis le général Landry termina :
    - Vous pouvez y aller colonel.
    - J’arrive immédiatement.
    La porte se désactiva dans un petit bruit et le colonel ordonna de la réactiver vers la Terre. Lorsqu’elle fut active, le colonel Mayers se retourna et adressa un bref signe de tête aux autres personnes présentes. Il prit son ordinateur et se dirigea vers la porte des étoiles. En arrivant devant la porte il jeta un dernier coup d’œil autour de lui et traversa l’horizon des événements vers la planète Terre en se demandant quels mots il pourrait employer pour annoncer à cette femme que plus jamais son mari ne sera là pour elle et sa fille.


    Dernière édition par chupeto le Lun 27 Juin - 12:06, édité 1 fois
    avatar
    Sgu 22
    Admin
    Admin

    Messages : 40
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  Sgu 22 le Dim 26 Juin - 22:31

    Donc en traversant la porte, il est devenu quoi, si c'est une activation extérieure ? (je rapelle que si il y a une activation extérieure, on ne peut traverser)
    Il y donc une grosse incohérence ici !
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 11:27

    Cool l'épisode enfin sortit je le lis et je t'en dit des nouvelles ^^
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Lun 27 Juin - 11:59

    Sgu 22 a écrit:Donc en traversant la porte, il est devenu quoi, si c'est une activation extérieure ? (je rapelle que si il y a une activation extérieure, on ne peut traverser)
    Il y donc une grosse incohérence ici !
    Haha ! Réponse dans le prochain épisode ! Il sera sûrement mort ou avec les Anciens !

    Non je plaisante. J'ai dû un peu trop boire de vodka en rédigeant la fin on dirait ! Je rectifie immédiatement.
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 12:02

    QUOI TU EST VIRE DIRECTECHUPETO ^^ pas de vodka o boulot =) mdr
    Je déconne .
    Je lis l'épisode des que j'ai fini mon sujet de brevet ses a dire dans 1h30^^

    En passant je le redirais plustard , mais je part en vac 2 semaines a partir de vendredi , alors j'enlène mon ipod pour reste co avec vous , mais je serais la moins souvent .


    (Sa fait du bien de revoir le forum , prendre vie ^^)
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Lun 27 Juin - 12:08

    Méeuhh, il faut très chaud, il faut bien d'hydrater !
    Et puis j'ai toujours mes réserves de scotch et de bière.

    OUPS, j'ai rien dit de suspect j'espère ?!



    Enfin bon, j'ai rectifié cette erreur honteuse et grotesque !
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 12:09

    Mdr chupeto ^^
    Après il va nous raconter de la merde (dsl pour le mot) sur les épisodes =)
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Lun 27 Juin - 12:15

    L'abus d'alcool est dangereux pour la cohérence des épisodes de Stargate : La nouvelle menace.

    Oubliez ce que j'ai dit sur mes petites réserves, ok ?

    Et je me garde bien de dévoiler mes réserves cachées sous le parquet branlant de ma chambre...

    Oups ! Oubliez tout ça, ok?
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 12:16

    okay tkt on oublie tout ^^
    Euh tu habite ou aufait ? je voudrais juste allé de piquez quelques bouteille ^^
    avatar
    scott
    X-303/Prométhée
    X-303/Prométhée

    Messages : 42
    Date d'inscription : 11/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  scott le Lun 27 Juin - 14:38

    Mdr bande de soulard ^^
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 14:42

    Mais nan , mais nan ^^
    avatar
    Sgu 22
    Admin
    Admin

    Messages : 40
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  Sgu 22 le Lun 27 Juin - 14:51

    Bon et bien il ne faudra plus boire alors !!
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 14:54

    tkt ; Chupeto tu promet de plus boire ? ^^
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Lun 27 Juin - 15:17

    *dans un état d'ébriété avancé*

    Je ne peux rien promettre du tout, *glurps* !
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 15:19

    mdr
    avatar
    scott
    X-303/Prométhée
    X-303/Prométhée

    Messages : 42
    Date d'inscription : 11/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  scott le Lun 27 Juin - 15:37

    C'est les vacances font en profiter mais avec modération^^
    avatar
    thori
    Admin
    Admin

    Messages : 71
    Date d'inscription : 10/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  thori le Lun 27 Juin - 15:38

    oe ^^
    Allé sur le chat

    omar2a
    F-302
    F-302

    Messages : 1
    Date d'inscription : 14/08/2011
    Localisation : corse

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  omar2a le Dim 13 Nov - 12:45

    alors chupeto elle est pour quand la suite?
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  chupeto le Dim 13 Nov - 13:20

    Salut à toi.

    Malheureusement je ne sais pas quand je proposerais une suite à cette fiction, car je suis actuellement retenu sur autre chose qui a une plus grande envergure que ce récit.

    Mais merci de l'intérêt que tu portes pour cette fiction =)

    Contenu sponsorisé

    Re: Episode 4 : Let's go exploring

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 16:37