Team SGR est un forum crée pour l'équipe de développement du court-métrage sur Stargate ! Et il est en lien avec le site et le forum de Stargate recensement.

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets

» Episode 4 : Let's go exploring
Dim 13 Nov - 13:20 par chupeto

» Lieutenant mathieu Shacklebolt
Mar 19 Juil - 17:47 par scott

» Trailer Episode 5
Lun 18 Juil - 16:40 par chupeto

» Fête Nationale
Sam 16 Juil - 13:03 par chupeto

» Des nouvelles toutes fraiches =)
Lun 11 Juil - 17:04 par Sgu 22

» suggestion du Pilote
Sam 25 Juin - 21:03 par scott

» Capitaine Jack Barrowman
Sam 25 Juin - 11:09 par scott

» Colonel Anthony Stackhouse
Sam 25 Juin - 10:43 par scott

» Major Gwen Lane
Sam 25 Juin - 10:41 par scott

» Trailer Episode 4
Mer 22 Juin - 21:24 par chupeto


    Episode 3 Short Energy

    Partagez
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Episode 3 Short Energy

    Message  chupeto le Lun 16 Mai - 17:49

    Rédaction et mise en page de Chupeto
    Scénario originel de Thori et Scott

    __________________________________________________________


    Episode 3, Short Energy

    Le colonel Caldwell avait informé ses supérieurs de la potentielle menace des Tarkans. Ces derniers avaient déclenché un niveau d’alerte élevé pour se préparer à une attaque. Sur la base des Anciens, tout le monde vaquait aux recherches. Les scientifiques découvrirent une multitude d’information sur les Tarkans, tel que quelques planètes sous leur contrôle, des descriptions de leur physiologie et plusieurs informations sur leur technologie. Le SGC avait envoyé de nombreux scientifiques pour contribuer au fastidieux travail des recherches. Les militaires du Dédale aidés par des hommes que la Terre leur avait envoyé, s’étaient lancés dans l’exploration de la base. Des plans de celle-ci furent tirés de la base de donné et les Terriens constatèrent avec étonnement que cette base était d’une taille conséquente, principalement constitué de laboratoires étudiant les Tarkans. Le Dédale qui avait subit de nombreux dommages depuis son dernier combat était en réparation sur un des deux quais d’atterrissage présents sur la base. Son départ n’était prévu que dans plusieurs jours, donnant beaucoup de temps libre à son commandant.

    Un après-midi, six jours après que la base fut découverte, le colonel Caldwell venait de terminer sa ronde matinale de tous les postes de recherche dans le but de se tenir informé des dernières découvertes. Il décida de se rendit dans la salle transformé en réfectoire lorsqu’une personne à quelques pas derrière lui, dont il reconnu la voix l’interpella.
    - Colonel Caldwell !
    - Qu’y a-t-il sergent Bardyers ? répondit le commandant du Dédale en se retournant.
    Le sergent Bardyers était un grand jeune homme arrivé récemment sur la base dans l’une des équipes que la Terre leur avait envoyé par la porte des étoiles. C’était un homme intelligent et très respectueux de la chaîne de commandement. Il l’avait cependant enfreinte, il y a plusieurs années, lorsqu’il avait voulu aller sauver deux de ses hommes piégés derrière les lignes ennemies lors d’une mission en Afghanistan. Recruté il y a une dizaine de mois par le SGC, il avait intégré une équipe SG spécialisé dans le soutient militaire lorsqu’une autre équipe était en danger. Deux semaines la réception de la transmission par Atlantis, il fut muté sur le Dédale.
    - Mon colonel, nous avons pu sécuriser une nouvelle section de la base. Nous avons découvert une pièce dont l’utilité serait sûrement très intéressante pour vos scientifiques.
    - Que contient cette pièce ? demanda Caldwell, espérant que ce soit des outils permettant d’accélérer les réparations du Dédale.
    - Nous pensons que cette salle renferme les dispositifs nécessaires pour contrôler les générateurs de la base.
    - Envoyez une équipe de scientifiques pour étudier cette salle. Emmenez un homme avec vous et assurez la protection des scientifiques.
    - A vos ordres monsieur.
    Le colonel reprit son chemin vers le réfectoire dans les corridors de la base. Lorsqu’il parvint à la salle, il vit plusieurs personnes attablés devant le repas du jour, dont Abi Warner en pleine discussion avec une personne dont le nom échappait au colonel. Caldwell s’approcha de la table où étaient disposé des marmites ainsi que différant ustensiles de cuisine, dont il savait que le cuisinier serait plus à même de s’en servir que lui.
    - Avec votre purée vous voudrez du poulet où un steak, mon colonel ? demanda le cuisinier.
    Caldwell n’eut pas le temps de lui répondre car à cet instant précis, toutes les lumières s’éteignirent d’un coup, laissant la salle dans l’obscurité la plus totale. Plusieurs lampes de poches furent allumées. Une confusion se leva, mais tout le monde garda plus ou moins son sang froid.
    - Que se passe t-il ? demanda quelqu’un.
    - C’est une attaque ? demanda une autre personne.
    Le capitaine Abi Warner quitta sa chaise et leva ses bras au dessus de sa tête pour faire signe à tout le monde de ne pas se laisser gagner par la confusion et l’agitation.
    - Gardez votre calme, s’il vous plait ! s’écria t-elle.
    Le colonel Caldwell prit sa radio et la régla sur le canal de la salle de contrôle. Il appuya sur l’interrupteur de transmission et l’approcha de sa bouche.
    - Salle de contrôle ici Caldwell, répondez s’il vous plait.
    Personne ne répondit. Le capitaine Abi Warner s’approcha du colonel pour demander des informations, et recevoir des instructions sur la marche à suivre.
    - Mon colonel ?
    - Capitaine, je me rends à la salle de contrôle. Restez ici et faites en sorte que tout le monde garde son calme.
    - Bien monsieur.
    Caldwell manda une lampe torche à un des soldats présent, puis se mit en route pour la salle de contrôle. Arrivé à mi-chemin, l’éclairage se remit en marche. Lorsqu’il rejoignit la salle de contrôle, tout le monde semblait affairé.
    - Mais que c’est t-il passé enfin ? demanda le commandant du Dédale.
    - Nous avons une perte d’énergie dans les générateurs, et les scientifiques envoyés à la salle des générateurs ne répondent pas.
    - Qu’une équipe de sécurité se rende à la salle d’énergie. Pourquoi perdons-nous notre énergie ?
    - Je n’en ai pas la moindre idée. J’ai redirigé toute la puissance disponible vers les systèmes principaux de la salle de contrôle, ce qui a temporairement bloqué plusieurs systèmes secondaires qui essayaient de se mettre en fonction.
    - La porte des étoiles est-elle opérationnelle ?
    - Négatif mon colonel…Nous recevons un message de l’équipe de sécurité envoyé à la salle d’énergie. Malheureusement aucun des hommes envoyé là-bas n’est vivant, y compris le sergent Bardyers. Ils ont aussi découvert un objet inconnu à coté de l’un des corps.
    - Qu’une équipe de scientifiques me rejoigne avec l’objet inconnu dans un laboratoire équipé d’un accès à la base de donné centrale. Et qu’ils analysent cet objet, je veux savoir qui a tué mes hommes.

    Le colonel Caldwell se rendit dans le laboratoire où l’équipe de scientifique l’attendait déjà. L’objet était d’une couleur gris métallique et semblait avoir une forme qui n’était pas totalement inconnue aux Terriens. L’un des scientifiques prit la parole :
    - Comme vous le vouliez, cet objet a été analysé et d’après la base de donné, il se trouve que c’est une arme d’origine Tarkan.
    - Comment ça une arme ? d’étonna Caldwell. Vous voulez dire que des Tarkans se promènent sur la base ?
    - Nous pouvons être sûrs qu’il y en a au moins un, répondit-il.
    - Avez-vous songé que ce peut être lui qui vide nos générateurs ? suggéra Steven.
    - C’est probable, mais nous n’en savons rien. Le fait est que nos générateurs sont presque vides et que nous avons constaté qu’une partie de ce peu d’énergie qu’il nous reste est redirigé vers des systèmes secondaires qui se sont réactivés peu après avoir rétablit l’alimentation générale.
    - Nous avons réalisé un scanner de la base avant d’y venir, comme aurait-il pu passer au travers ?
    - Le moins improbable est qu’il ait un camouflage. Nous avons réalisé un autre scanner avec les détecteurs bien plus puissant dont dispose la base, et nous n’avons rien trouvé. Il s’est peut-être caché dans l’une des zones endommagé de la base, tout en gardant son camouflage opérationnel, répondit un autre scientifique avant que le premier ne monopolise pas plus la parole.
    - Ces zones sont très éloignées de la salle des commandes, mais c’est très pratique pour lui. Son camouflage le rend inrepérable et le disfonctionnement des capteurs dans ces zones lui procure un autre moyen de se cacher, poursuivit l’autre scientifique.
    - N’avez-vous pas pensé que ce Tarkan pourrait être la cause de nos problèmes ? dit Caldwell, il y a des points d’accès à l’ordinateur central dans toute la base, il aurait pu causer ces nuisances.
    - Mais oui ! s’écria un des deux scientifique dans une soudaine idée de génie. Nous pourrions rechercher tous les points d’accès au système qui ont été utilisé, puis nous recherchons une irrégularité sur les lieux de connexion. En plus simple, nous allons rechercher tous les endroits de la base où une connexion a eu lieu, si une connexion a été détectée dans les zones endommagés, c’est que le Tarkan sera sûrement dans ces environs.
    - Faites le, ordonna Caldwell.
    Le colonel s’apprêta à retourner dans ses quartiers, le temps que les résultats de la recherche qu’il avait demandé au scientifique lui soit communiqué. Il arriva devant la porte et appuya sur le bouton qui actionnait son mécanisme d’ouverture. La porte demeura fermée. Il ré appuya mais la porte ne s’ouvrit toujours pas. Irrité par ce problème, il fit demi-tour pour se rendre à la salle de contrôle, cependant la porte du couloir dans lequel il se trouvait se ferma à son tour, ce qui le prit au piège. Quelques secondes plus tard, l’éclairage de la pièce se désactiva. Le colonel prit sa radio plus irrité encore.
    - Salle de contrôle ici Caldwell répondez.
    - Ici la salle de contrôle, nous avons perdu la majeure partie des systèmes mon colonel. Nous essayons de les rétablir.
    - Pouvez vous au moins déverrouiller les portes ? demanda t-il.
    - Négatif, nous faisons notre possible… Attendez, il se passe quelque chose.
    Toutes les lumières s’allumèrent et les portes s’ouvrirent.
    - Merci salle de contrôle, dit Caldwell.
    - Nous n’avons rien fait !
    - Colonel Caldwell, ici le laboratoire un, nous avons trouvé quelque chose.
    - J’arrive immédiatement !

    Une fois arrivé au laboratoire un, le colonel vit un écran où était affichée le plan de la base. Un point était inscrit sur cette carte, Caldwell reconnu la zone où était le point comme la principale zone endommagée de la base.
    - Il y a eu plusieurs accès au système dans une des zones endommagées de la base, dans une salle de contrôle annexe qui est apparemment toujours opérationnelle.
    - Formez deux équipes, cernez-le et neutralisez-le. Je le veux vivant, il faut l’interroger, ordonna Caldwell, je retourne superviser l’opération en salle de contrôle.
    - A vos ordres colonel.
    - Capitaine Abi Warner, dit Caldwell en tenant sa radio près de sa bouche, rejoignez moi en salle de contrôle le plus rapidement possible.
    - Bien reçu mon colonel, j’arrive immédiatement.

    De retour dans la salle de contrôle, le Colonel Caldwell et le Capitaine Abi Warner étaient devant un écran qui affichait le détecteur de signes de vie du Dédale que le Capitaine avait connecté aux systèmes de la base. Les capteurs du Dédale permettrait aux Terriens d’avoir une vue sur les zones endommagées de la base, contrairement aux capteurs Lantiens qui étaient inopérants dans ces zones. Même si le Tarnkan ne pouvait être repéré, les équipes d’interventions seraient suivies grâce aux détecteurs. Pour éviter toute coupure de courant durant cette manœuvre militaire cruciale, un générateur à Naquadah avait été connecté aux systèmes principaux de la base.
    - Nous sommes dans la salle des commandes annexe, rien à signaler, a dit l’un des hommes envoyés sur le terrain.
    La porte des étoiles s’activa soudainement et interrompit la grande concentration des Terriens.
    - Oh non, ce n’est pas vrai ! dit Caldwell.
    Le code d’identification du SGC fut reçu et plusieurs hommes traversèrent l’horizon des événements. Un grand homme s’approcha de Caldwell et vint se présenter.
    - Je suis le colonel Nicolas Mayers. Il y a environs vingt-deux heures que le SGC a perdu le contact avec vous. Nous avons été envoyés ici pour vous aider à parer une éventuelle attaque.
    - Vous arrivez au milieu d’une opération militaire colonel. Nous essayons de capturer un Tarkan qui nous pose quelques problèmes. Que vos hommes gardent la salle de la porte et la salle des commandes.
    Les hommes arrivés avec le colonel Mayers se déployèrent dans la salle de la porte et dans la salle de contrôle, gardant toutes les issues. Les colonels Caldwell et Mayers de l’écran du capteur de signes de vie et suivirent l’avancé des deux équipes d’intervention dans la capture du Tarkan.
    - Nos deux équipes ont vu le Tarkan et sont sur sa piste. Apparemment son camouflage ne le protège que des capteurs, il ne le rend pas invisible, dit la technicienne.
    - Il n’y a qu’un seul Tarkan ? demanda le colonel Mayers.
    - En effet, répondit le commandant du Dédale. Nous devons l’interroger, peut-être qu’il a des amis cachés ailleurs dans le complexe.
    - Salle de contrôle, ici équipe numéro une, le Tarkan s’est immobilisé.
    - Passez à l’action, ordonna Caldwell.
    A travers la radio, toutes les personnes présentes entendirent des coups de feu tirés par les équipes d’intervention. Les hommes sur le terrain devaient avoir détruit le dispositif de camouflage du Tarkan, car celui-ci apparut sur les capteurs. Au bout de plusieurs minutes, le silence tomba. Plus aucun coup de feu ne se fit entendre dans la radio.
    - Ici équipe de sécurité numéro deux, nous l’avons neutralisé !
    - Félicitations ! dit Caldwell. Nous arrivons immédiatement.

    Les colonels Caldwell et Mayers se rendirent dans une des salles de détention présente sur la base, et où le Tarkan avait été enfermé. Mayers scruta attentivement l’Alien qui était conscient. C’était un être humanoïde portant des vêtements plutôt sombres. Mayers vit une encoche où devait se positionner son arme, cette encoche était vide. La couleur de sa peau était à l’image de ses vêtements, elle allait dans les nuances du gris verdâtre.
    - Nous savons que vous êtes un Tarkan. Que faisiez-vous sur cette base ? demanda le colonel Mayers.
    L’Alien émit quelques gémissements en guise de seule réponse. Il ne semblait pas connaître l’usage de la parole. Alors que le colonel Mayers allait lui poser une autre question, une voix s’éleva de la radio du colonel Caldwell. Le capitaine Abi Warner, qui s’était rendu dans la salle de contrôle annexe proche d’où avait été retrouvé le Tarkan avait découvert de nouvelles informations. Les colonels Caldwell et Mayers se rendirent donc sur place, laissant les équipes d’intervention se charger de l’interrogatoire du Tarkan.
    - Mon équipe et moi-même venons de découvrir que c’était bien le Tarkan que nous avons capturé qui était à l’origine de plusieurs de nos problèmes.
    - Quels autres problèmes a-t-il causé à part la perte d’énergie ? demanda Mayers.
    - Le générateur à Naquadah suffira à alimenter les systèmes principaux le temps que nous trouvions une source d’énergie plus puissante. Un de mes subordonnés de la salle de contrôle vous a indiqué qu’une partie de la puissance qu’il nous restait était redirigé vers un système secondaire. Nous avons découvert que c’était vers le transmetteur sub-spatial de la base qu’elle était détournée.
    - A-t-il réussi à envoyer un signal ? demanda Caldwell songeant au pire.
    - Oui il y est parvenu. C’est un signal contenant diverses informations stratégiques sur nous. Nos armes, notre technologie, il est peut-être même parvenu à s’infiltrer sur nos ordinateurs et pirater certains de nos dossiers.
    - Y avait-il autre chose ? demanda à son tour Mayers sentant que Abi Warner tournait autour du pot.
    - Oui, il y avait autre chose. La date de l’attaque de la Terre accompagné de la position de celle-ci. Nous pouvons maintenant être certains que la Terre est bien menacée par les Tarkans.

      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 16:29