Team SGR est un forum crée pour l'équipe de développement du court-métrage sur Stargate ! Et il est en lien avec le site et le forum de Stargate recensement.

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets

» Episode 4 : Let's go exploring
Dim 13 Nov - 13:20 par chupeto

» Lieutenant mathieu Shacklebolt
Mar 19 Juil - 17:47 par scott

» Trailer Episode 5
Lun 18 Juil - 16:40 par chupeto

» Fête Nationale
Sam 16 Juil - 13:03 par chupeto

» Des nouvelles toutes fraiches =)
Lun 11 Juil - 17:04 par Sgu 22

» suggestion du Pilote
Sam 25 Juin - 21:03 par scott

» Capitaine Jack Barrowman
Sam 25 Juin - 11:09 par scott

» Colonel Anthony Stackhouse
Sam 25 Juin - 10:43 par scott

» Major Gwen Lane
Sam 25 Juin - 10:41 par scott

» Trailer Episode 4
Mer 22 Juin - 21:24 par chupeto


    Episode 1 New Threat 1/2

    Partagez
    avatar
    chupeto
    Vaisseau mère Goa'uld
    Vaisseau mère Goa'uld

    Messages : 72
    Date d'inscription : 12/05/2011

    Episode 1 New Threat 1/2

    Message  chupeto le Lun 16 Mai - 17:41

    Rédaction et mise en page de chupeto
    Scénario originel de Thori et Scott

    _____________________________________________________


    #101 New Threat

    Dans son bureau, Monsieur Woolsey était en train de rédiger un rapport des activités de la cité d’Atlantis au cours de la dernière semaine qui venait de s’écouler. C’était un travail nécessaire que lui demandaient ses supérieurs sur Terre.
    Alors qu’il était en train d’écrire une phrase sur l’une des missions qui ne s’était pas très bien déroulée, il reçut une transmission radio :
    - Monsieur Woolsey, ici la salle de contrôle nous avons besoin de vous ici.
    - J’arrive tout de suite, dit-il en laissant son rapport inachevé.

    En arrivant à la salle de contrôle, un major qu’il ne connaissait pas vint immédiatement lui faire un rapport.
    - Vous êtes nouveau ici non ? Comment vous appelez vous ? demanda Woolsey.
    - Oui, je suis le major Dickers.
    - Que sa passe t-il ? demanda Woolsey.
    - Il y a quelques minutes, nous avons intercepté un message provenant du sub-espace.
    Le major Dickers lui montra un ordinateur sur lequel était inscrit le fameux message. Mr Woolsey le scruta mais il ne parvenait pas à le comprendre.
    - Qu’est ce qu’il dit ?
    - On ne sait pas. Nous avons fait une recherche dans la base de donné à propos de cette langue, mais aucun résultat pour l’instant, c’est une langue inconnue, répondit Dickers
    - Envoyez une copie du message au SGC, ils pourront peut-être faire une traduction. Qui sait, il y a peut-être une nouvelle alliance avec une espèce très puissante à la clé !
    - A vos ordres ! dit le majors Dickers
    Le major Dickers s’approcha du DHD et composa l’adresse de la Terre. Une fois la porte des étoiles ouverte, il tapota sur son clavier d’ordinateur et désactiva ensuite la porte des étoiles.

    Quelques heures plus tard, en orbite autour de la planète Terre le Dédale reçut une transmission radio qui venait du SGC. Sur la passerelle du croiseur de combat Terrien, le Colonel Caldwell trouvait étrange d’être contacté par le SGC à seulement deux heures d’intervalle.
    - Ici Caldwell, nous vous recevons cinq sur cinq.
    - Ici le général Landry, vous allez devoir retarder votre prochain départ pour Pégase colonel, nous avons une mission pour vous.
    - Quelle est cette mission ? demanda Caldwell
    - Il y a quelques heures Atlantis a intercepté un message dans une langue qu’ils ne pouvaient pas traduire avec le base de donné. Ils nous l’ont transmit et le Docteur Jackson à pu en traduire une partie grâce à son savoir.
    - Que dit ce message ? demanda Caldwell
    - D’après ce message, il va y avoir une attaque de la Terre à grand échelle.
    Le colonel Caldwell eut comme une boule qui lui tomba dans le ventre.
    - Savez-vous qui va nous attaquer ? demanda le colonel Caldwell
    - Non, ni la date de cette présumé attaque, nous n’avons aucune autre information. Mais Daniel Jackson n’a pas pu traduire la totalité du message, il faudra demander l’aide de nos amis extraterrestres. Cependant, Atlantis a pu repérer l’endroit d’où le message a été transmis, c’est entre la Voie Lactée et Pégase, et vous allez vous y rendre.
    - Quand partons-nous ? demanda Caldwell
    - Tout de suite, le plus tôt sera le mieux. Nous vous souhaitons bonne chance !
    - Merci général.
    Juste avant que la transmission soit coupée, le Dédale reçut les coordonnées dont parlait le Général Landry et où le Dédale devait se rendre.
    - Mettez le cap sur ces coordonnées, ordonna le colonel.

    Cela faisait trois jours que le Dédale était en hyperespace. Cependant, l’équipage était habitué à ces longs voyages car c’était le Dédale qui assurait une partie du ravitaillement de la cité d’Atlantis. Le colonel Caldwell était au réfectoire en train de déjeuner avec le Capitaine Abi Warner. Abi Warner était une militaire très entrainée et très compétente qui avait fait partie du premier bataillon de sauvetage envoyé sur Atlantis. C’était aussi une brillante scientifique qui avait suivi les cours que le colonel Carter donnait aux cadets de l’Air Force.
    Caldwell était en train de déjeuner dans la bonne humeur avec le Capitaine Abi Warner lorsqu’il reçut une voix, dans le haut parleur de la cafétéria l’appela :
    - Le colonel Caldwell est prié de se rendre immédiatement sur la passerelle.
    - Capitaine, le devoir m’appelle ! lança Caldwell en riant alors qu’il s’éloigna vers la porte du réfectoire
    Lorsque le colonel sortit de la cafétéria, il traversa les longs couloirs ornés de plaques de métal du Dédale. Lorsqu’il arriva devant la porte fermée de la passerelle, il sortit sa carte d’accès et la passa dans le vérificateur de carte qui activa le mécanisme d’ouverture de la porte.
    Une technicienne était assise dans son fauteuil et semblait plongée dans son travail, mais lorsque Caldwell entra sur la passerelle, elle l’interpella :
    - Nous vous attendions mon colonel, nous allons sortir de l’hyperespace dans quelques minutes.
    - Très bien, dit Caldwell
    - Sortie de l’hyperespace dans, cinq…quatre… trois…deux…un…
    A ce moment, le tunnel bleuté s’estompa et le Dédale sortit de l’hyperespace au milieu de ce qui semblait un champ d’astéroïdes en orbite autour d’une planète. C’est alors qu’une alarme stridente retentit.
    - Mon colonel, nous allons entrer en collision avec l’un des astéroïdes ! s’écria la technicienne
    En effet, le vaisseau n’ayant pas complètement décéléré, il fonçait droit sur l’un des astéroïdes qui était particulièrement imposant. A travers le pare-brise de la passerelle du Dédale, l’équipage vit l’objet qui grossissait très dangereusement.
    - Activez le bouclier ! Chargez les canons, parés à tirer sur ce caillou ! Et manœuvrez pour éviter de le percuter ! ordonna Caldwell
    - A vos ordres ! lança la technicienne
    Le colonel sentit son vaisseau qui ralentissait, l’objet grossissait de moins en moins vite. Cependant il paraissait toujours aussi menaçant.
    - Colonel, nous n’arriveront pas à éviter la collision ! lança la technicienne
    - Ouvrez le feu dans ce cas !
    C’est alors que des rayons d’énergie partirent en direction de l’objet qui semblait de plus en plus près d’eux. Au bout de quelques secondes l’astéroïde vola en éclats et partit en milles morceaux. Certains des morceaux vinrent entrer en collision avec le bouclier du Dédale qui tint bon.
    - Nous sommes bon mon colonel.
    - Essayez de procéder un à scan de ce champs d’astéroïdes, de sorte d’en tirer une carte, ordonna Caldwell
    - C’est déjà fait mon colonel, et il semble que se ne sont pas des astéroïdes, ce sont des débris de vaisseaux, dit la technicienne avec un air de stupeur
    Pendant que le vaisseau était en mouvement, ils n’avaient pas pu voir avec attention ce qu’ils pensaient être un champ d’astéroïdes. Immobiles, ils pouvaient voir à présent des restes de vaisseaux éparpillés tout autour de la planète. C’étaient quelquefois des parties entières de vaisseau, ou alors de simples morceaux qui paraissaient, au premier coup d’œil, être des roches.
    - Colonel Caldwell, nos capteurs ont repéré une faible signature énergétique un peu plus loin dans le champ de débris.
    - Ordonnez à une équipe dirigée par le Capitaine Abi Warner de prendre un Jumper et d’aller voir la source de cette source d’énergie.
    - A vos ordres !

    Quelques secondes plus tard, dans un des nombreux couloirs du Dédale, le biper dans la poche du capitaine Abi Warner émit un bip sonore. Elle y jeta un coup d’œil et se détourna pour prendre la direction du hangar.
    Arrivé au hangar, elle vit que l’équipe d’exploration qui devait l’accompagner était déjà prête à partir dans le Jumper.
    - Etes-vous près à partir ? demanda Abi Warner avec un soupçon d’enthousiasme dans sa voix
    - Oui Capitaine ! répondirent en chœur les membres de son équipage qui eux semblaient tout à fait enthousiastes à l’idée d’aller explorer l’inconnu.
    Le capitaine s’assit sur le siège avant gauche du Jumper et mit le vaisseau en fonction. Le tableau de commandes s’illumina aussitôt, signe que ses nombreux systèmes étaient activés.
    - Colonel Caldwell, demandons permission de décoller, demanda Abi Warner.
    - Permission accordée capitaine, répondit Caldwell.
    - Alors allons-y !
    Les portes du hangar s’ouvrirent et le Jumper décolla. A la sortie du hangar, l’équipage vit que les nombreux débris qui s’amoncelaient autour du Dédale semblaient plus menaçants encore vus de l’extérieur. C’était une immense ceinture de morceau de vaisseaux totalement déchiquetés qui s’étendait aussi loin que pouvait porter le regard des quatre membres d’équipage. Pour la plupart, ces carcasses de vaisseaux déchiquetés avaient environ la même traille que le Jumper, mais certains morceaux étaient deux à trois fois plus gros que le minuscule vaisseau envoyé par le Dédale.
    - Bien, à quelle distance se trouve l’objet ? demanda le capitaine.
    - Droit devant monsieur, lui répondit le scientifique qui faisait partie de l’équipe.
    Le Jumper se faufilait à une vitesse réduite parmi les nombreux débris. Certains d’entre eux, qui étaient trop près l’un de l’autre, entraient en collision, ce qui les éloignaient l’un de l’autre. Ces débris en mouvement pouvaient tout aussi bien percuter le Jumper et l’anéantir.
    Le petit vaisseau Lantien parvint alors aux coordonnées d’où partait cette signature énergétique.
    - Il faut être très prudent, il y a énormément de débris de vaisseaux dans cette zone, dit le scientifique.
    - Vous voyez quelque chose ? demanda le capitaine.
    - Oui, énormément de cailloux, répondit l’un des deux marines, pouvez vous afficher la carte de proximité pour qu’on puisse y voir plus clair ?
    Le capitaine appuya sur une touche du tableau de commande du Jumper et aussitôt, un écran holographique s’afficha. De nombreuses informations étaient inscrites sur cet écran ainsi qu’une carte de tous les débris. Soudain, la carte effectua un agrandissement sur une zone précise.
    - Il y a effectivement quelque chose ici. Ca ressemble à une sorte de caisson. Je vais contacter le Dédale, dit le capitaine Abi Warner, Dédale, ici équipe de reconnaissance, nous sommes sur place et nous avons trouvé un caisson au milieu des débris. Demandons instructions.
    - Ici Caldwell, le caisson contient-il des signes de vie ?
    - Négatif mon colonel. Mais nous devrions peut-être le ramener pour l’analyser sur le Dédale, d’après sa taille, je crois qu’il est possible de le transporter à bord du Jumper.
    - Très bien, ramenez-le, ordonna Caldwell.
    - A vos ordres mon colonel.
    Le capitaine ferma alors la cloison intermédiaire du vaisseau et vida l’atmosphère du compartiment arrière. Il fit effectuer une rotation au Jumper, de sorte que la capsule entre par le SAS arrière. Une fois l’objet à l’intérieur, Abi Warner referma le SAS arrière.

    Une fois le Jumper de retour au Dédale, on déchargea le compartiment arrière et on transféra la capsule dans un laboratoire du Dédale. Plusieurs scientifiques vinrent pour examiner l’objet qui avait environ la taille d’une moitié d’homme. Quelques minutes plus tard, un diagnostic fut établi par les scientifiques :
    - Ca ne ressemble à rien de ce qu’on connait, mais nous ne détectons aucun signe de vie, donc nous pouvons affirmer que soit il n’y a rien de vivant, soit que nos capteurs sont trompés. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on peut l’ouvrir, et devinez quoi, nous avons repéré le bouton d’ouverture.
    - Ouvrez-le, ordonna Caldwell.
    - Mais on ne sait pas ce qu’il y a dedans ! protesta l’un des scientifiques.
    - Je vous rappelle que c’est probablement d’ici que la transmission qu’Atlantis a reçu ait été émise, je veux connaitre l’identité de celui qui nous menace, réplica Caldwell.
    - Bon très bien, ouvrez, dit le scientifique.
    Lorsque l’on déclencha l’ouverture, rien ne se produisit. Caldwell pensa que l’objet devait être endommagé lorsque il y eu un petit bruit provenant de l’objet inconnu. Une épaisse fumée blanchâtre se dégagea alors dans toute la pièce, ce qui empêcha les hommes présents de suivre l’ouverture. Il fallu attendre quelques minutes que la fumée se dissipe et lorsque l’on pu voir plus clair, tout le monde vit avec étonnement une ouverture béante sur la surface de l’appareil. Deux marines du Dédale se risquairent à jeter un œil à l’intérieur de cette ouverture. Ils regardèrent dedans pendant quelques secondes, puis se relevèrent. Tout le monde les interrogea du regard et l’un des deux hommes dit alors :
    - Il y a des cristaux à l’intérieur.
    Le colonel Caldwell jeta à son tour un œil dedans et vit des cristaux très similaires à ceux utilisés par les Goa’uld.
    - Pouvez-vous les analyser ? demanda Caldwell.
    - Oui, je crois que nous arriveront à nous interfacer avec cette technologie, répondit un des scientifiques présent.
    - Très bien prévenez-moi lorsque ce sera terminé.
    Caldwell sortit de la pièce et se rendit sur la passerelle pour faire son rapport à la Terre.

    Quelques heures plus tard, les scientifiques n’ayant pas contacté le colonel, il décida de se rendre à leur laboratoire. Lorsqu’il rentra, il vit quatre hommes plongés dans leur travail. Il prit alors la décision de les interrompre :
    - Avez-vous découvert quelque chose ?
    - Oh, j’allais vous appeler, je terminais l’analyse et …, le scientifique s’interrompit, venez voir s’il vous plait.
    Caldwell s’approcha de l’ordinateur du scientifique et vit que des coordonnées de porte des étoiles y étaient inscrites.
    - Des coordonnées, y a-t-il d’autres informations ? demanda le colonel.
    - Oui, bien bien-sûr, j’ai trouvé diverses information dans un langage extrêmement proche du Goa’uld. Je ne sais pas qui sont ces personnes, mais ils ont reprit le dialecte de nos anciens ennemis.
    - Les avez-vous traduites ?
    - Oui, alors ce texte met surtout en avant une planète sur laquelle il y aurait une base abandonnée contenant diverses technologies avancées. Cependant, nous ne savons pas à qui appartenait ce poste avancé.
    - De la technologie avancée ? Le docteur Mckay sera ravi. Calculez une trajectoire et ordonnez à la passerelle de mettre le cap dessus.
    - A vos ordres mon colonel.

    Le Dédale était maintenant en hyper-espace depuis quelques heures, et l’arrivé était prévue dans encore plusieurs dizaines de minutes. Le colonel était assit dans le fauteuil qui lui était réservé sur la passerelle.
    Alors que tout semblait normal, une technicienne interrompit le silence qui régnait sur la passerelle :
    - Mon colonel, nous avons un problème, je ne maitrise plus le système de navigation.
    - Que dîtes-vous ? demanda Caldwell surpris, mais comment est-ce possible ?
    - Je ne sais pas, mais je ne contrôle plus rien.
    Soudain, le Dédale sortit de l’hyper-espace beaucoup plus tôt que prévu. Au moment où ils retournèrent en espace conventionnel, plusieurs rayons d’énergie frappèrent le Dédale de plein fouet. De violentes secousses se faisaient sentir dans tout le vaisseau.
    - Activez le bouclier ! lança le colonel, pourquoi sommes nous sortit plus tôt que prévu de l’hyper-espace ?
    - Je l’ignore ! répondit la technicienne, colonel, nous avons des dégâts sur plusieurs ponts avec des fuites d’atmosphère, et nous avons perdu quarante pour cent de nos boucliers !
    - C’est pas vrai, dit le colonel Caldwell plus pour lui-même que pour les autres, nous sommes tombés dans un piège !
    Le vaisseau inconnu continuait de bombarder le croiseur terrien avec force. Le vaisseau était hors de porté du Dédale, toute réplique était malheureusement impossible et le système d’hyper propulsion ne fonctionnait plus.
    - Colonel Caldwell, nos boucliers sont en dessous de vingt pour cents !
    - Le vaisseau est-il à portée de tir ?
    - Négatif, ils ont des armes avec une grande portée mon colonel !
    Le bouclier du Dédale continuait à subir les assauts du vaisseau ennemi et paraissait de plus en plus faible. Partout sur le vaisseau, des gerbes d’étincelles volaient en tout sens et les tris ennemis se faisaient sentir sur la totalité du vaisseau.
    Le temps de résistance du champ de force du Dédale était maintenant compté …

      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 16:35